top of page

L'alimentation vivante, c'est quoi ?

Dernière mise à jour : 30 nov. 2022

Régulièrement dans mes story sur les réseaux sociaux, je vous partage mes assiettes avec le #alimentationvivante. Depuis septembre 2022, également, je propose des ateliers mensuels de CRUsine avec Florence Talbotier chez moi.

Mais c'est quoi, en fait, l'alimentation vivante ? J'ai voulu vous faire un article pour vous donner plus d'infos. Ce premier article marque d'ailleurs l'ouverture de mon blog, où je vous partagerai des informations plus précises sur mes pratiques, mes choix, mes expériences, mon mode de vie...


J'ai découvert l'alimentation vivante quand j'ai commencé à m'intéresser à la naturopathie (en 2018). J'étais végétarienne depuis 2014 et je pensais manger équilibré et de façon saine. En 2018, j'ai eu beaucoup de problèmes de santé, notamment au niveau des poumons. Je ne comprenais pas pourquoi car il me semblait avoir une bonne hygiène de vie. Mes recherches m'ont amené à ce mode d'alimentation, entre autres.


L'alimentation vivante est bio, végétale et crue. En tant que végétarienne, je mangeais déjà principalement végétale, et aussi bio. Par contre, c'est la dernière notion qui me manquait. Le cru se résumait à quelques crudités et fruits de temps en temps. Par contre, je consommais régulièrement des pâtes, du riz, des pizzas, des hamburger, des tartes, des gâteaux, du pain, du fromage... Même si ça avait la qualité d'être végétarien, ça n'était absolument pas nutritif. Et c'est bien dans cet aspect nutritif que l'alimentation vivante a son importance.

Elle favorise les aliments comportant un fort taux de nutriments nécessaires au corps humain.



De quoi se compose l'alimentation vivante ?


Les aliments doivent être naturels, non transformés, biologiques, d'origine végétale et facilement assimilables par l'organisme.


On trouve les aliments suivants :

- les légumes (crus)

- les fruits

- les oléagineux

- les graines germées (bombe nutritionnelle)

- les légumes lactofermentés

- les jus de légumes

- les superaliments (algues comme la spiruline ou la chlorelle, herbe de blé, baie de Goji, graines de Chia, le pollen...)

- les herbes aromatiques

- les épices

- l'eau de mer

- ...


Pourquoi se mettre à l'alimentation vivante ?


Notre alimentation moderne et le mode de vie qui va avec, ne nous procurent pas les nutriments nécessaires à nos besoins. En effet, cette dernière est composée de beaucoup d'aliments transformés, associés à des additifs, des résidus de pesticide, des conservateurs, des colorants artificiels... issus de l'industrie agro-alimentaire.

Non seulement, nous sommes en manque de nutriments essentiels mais en plus, nous ingurgitons des polluants quotidiennement.


Prendre le chemin de l'alimentation vivante, c'est adopter un mode de vie qui répond aux besoins du corps humain. C'est un moyen de retrouver la santé et de la préserver.


« Que ton alimentation soit ta première médecine. » - Hippocrate

La cuisson des aliments va détruire 50% des protéines, 60 à 70% des vitamines (96% pour la B12) et 100% pour les phytonutriments. Au-dessus de 41°C, les enzymes sont détruites en grande quantité. Donc les aliments cuits sont des aliments "morts" au sens où ils ont perdu leur vitalité, leur énergie, le meilleur qu'ils ont à donner ; ils sont vides !!!


Alors remettons du Vivant dans nos assiettes !



Par quoi commencer ?


L'idée n'est pas de manger exclusivement des aliments végétaux crus. Je précise "végétaux" car un steak tartare ne fait pas partie de l'alimentation vivante, hein !!

Vous pouvez commencer, par exemple, par votre petit-déjeuner. Ce repas est souvent sauté et pourtant c'est le plus important. Ne dit-on pas : " petit-déjeuner de roi, déjeuner de prince et souper de pauvre" !

J'aime aussi cette analogie avec la voiture : "on met de l'essence quand on sort sa voiture du garage, pas quand on la rentre".

C'est donc plutôt le matin, ou en tout le cas le premier repas de la journée (je mange plutôt vers 10/11h), que l'on va apporter une alimentation riche en nutriments. D'ailleurs, le fait d'avoir envie de manger beaucoup le soir et, pour moi, le signe que nos repas de la journée n'ont pas été assez nourrissants, en terme d'apports nutritionnels.


Pour votre petit-déjeuner, consommer des fruits à la croque ou sous forme de smoothie. (Attention, pas en jus car le taux de glycémie va monter trop rapidement), des oléagineux (amandes, noix, noisettes, noix de cajou, noix du Brésil...) qui auront trempés toute la nuit, ainsi que des graines (sésame, lin, tournesol, courge...) broyées fraichement au mixeur pour qu'elles soient assimilées par l'organisme.


Retrouvez ici le "miam Ô fruits" de France Guillain qui est très intéressant et bien complet.



Ensuite, vous pouvez ajouter avant votre repas du soir, un jus de légumes frais. Les légumes d'aujourd'hui sont très pauvres en nutriments, en comparaison avec les fruits et légumes de nos grands-parents. Donc le fait de faire des jus de légumes permet d'apporter une quantité de nutriments importante, allant dans le sang rapidement avec une phase de digestion express.


Voir l'article de l'Obs : Une pomme de 1950 équivaut à 100 pommes d'aujourd'hui


Vous pouvez aussi ajouter les légumes lactofermentés (bientôt un article sur ce sujet) que vous trouverez facilement dans les magasins bios, ainsi que des graines germées (très facile à faire soi-même). Elles font parties des "aliments stars" de l'alimentation vivante car la germination accroît considérablement les taux de nutriments bio-disponibles. Par exemple, après 5 jours de germination du blé, la vitamine A augmente de 225%, la B1 de 20 %, la B2 de 300 %, la B3 de 10 à 25%, la B5 de 40 à 50%, la B6 de 200%, les vitamines D et E de 300% et la vitamine C est multipliée par 600 ! Ce sont de véritables bombes nutritionnelles !!! (je ferai un article également sur les graines germées).



Et les protéines animales ?


Dans l'alimentation vivante, vous l'aurez compris, il n'y a peu des protéines animales. C'est un secret pour personne, aujourd'hui, de nombreuses études montrent les problèmes de santé liés à la consommation de viande. Ces études montrent très clairement que la consommation excessive de protéines animales est un facteur majeur dans l’apparition des maladies des pays développées.

A noter également que la consommation de protéine animale a des conséquences très néfastes sur l’environnement, sur l’économie mondiale et pose de nombreuses questions d’éthique sur l’exploitation animale.


Vous pouvez toutefois consommer des œufs (bio, cela va sans dire) à la coque, de façon à ce que le jaune reste cru !



Pour aller plus loin...


Une fois que vous avez pris de nouvelles habitudes, et surtout que vous avez constaté un mieux-être, vous pouvez aller plus loin dans la confection de vos repas. Il existe plein de livres de recettes crues, des vidéos sur Youtube, et peut-être des ateliers CRUsine dans votre ville... Il y a vraiment des recettes bluffantes.

Pour ma part, j'aime beaucoup les recettes de Shirley (cheffe cru) et de Marie Sophie L.


Chaque mois, j'organise des ateliers de CRUsine avec Florence Talbotier, chez moi à Tours. Vous nous rejoignez ?




81 vues1 commentaire